Meroe Meroe 3Méroé est une cité antique de Nubie, capitale d’un royaume tardif et connue pour ses nécropoles à pyramides à forte pente relativement bien conservées. Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2003. Un État, indépendant de sa puissante voisine l’Égypte, s’était développé de -2500 à -1500 dans la zone de l’actuel Soudan, sa capitale était Kerma. Après une phase de conquête, Kerma fut vaincu et la Nubie intégrée pendant cinq siècles au territoire égyptien. Il faut alors attendre le VIIIe av. J.-C. pour voir un nouveau pouvoir royal indépendant émerger en Nubie, autour de la nouvelle capitale Napata. Cette période est notamment restées célèbre en raison d’une courte période de domination de l’Égypte durant la XXVe dynastie. Défaits par les Assyriens, les Nubiens refluèrent ensuite vers le sud, la capitale se déplaçant à Méroé au Ve av. J.-C.

Meroe 1Cette cité, située en aval de la sixième cataracte du Nil en Nubie, donne son nom à une brillante civilisation qui se développe depuis la première cataracte jusqu’au confluent des deux Nils et sans doute plus au sud, entre le IVe av. J.-C. et le IVe siècles apr. J.-C. Influencée par ses voisins, surtout l’Égypte lagide des Ptolémées puis romaine, mais aussi le Proche-Orient et la Perse, elle connaît un âge d’or au Ier siècle avant notre ère.
La nécropole royale fut découverte par les explorateurs français Frédéric Cailliaud et Pierre-Constant Letorzec en 1822.

Meroe 2Le site de Méroé est très étendu et les fouilles n’ont qu’à peine effleuré les vestiges. De nombreux sanctuaires ont été dégagés à l’extérieur de la ville et environ deux cents pyramides sont recensées dans les trois nécropoles.Loin vers l’est, fermant cette immense plaine, les pyramides royales, construites au sommet de deux petites collines, étaient encore quasi intactes avant qu’en 1834, Giuseppe Ferlini, un aventurier italien, médecin militaire au service de l’armée de Méhémet Ali, ne découvre un trésor dans la sépulture de la reine Amanishakhéto en se servant des dessins et plans de Cailliaud. Pour y parvenir, Ferlini ordonna le démantèlement de la pyramide, la transformant en un amas de pierre. Les bijoux de la reine sont actuellement exposés à Munich et à Berlin (Ägyptisches Museum).